16 novembre – LAUSANNE SHIBARI NIGHT 3

affiche novembreweb

Pour sa troisième édition, la première soirée de Suisse Romande exclusivement dédiée à la performance de shibari/kinbaku vous invite à venir admirer le travail scénique de deux riggers français passionnés.

PROGRAMME ET PERFORMERS:

PhilipAnn & Misungui (F) http://www.lecoledescordes.com/

Docvale & Tyka (F) http://ropesession.com/

Michael Ronsky & Anna (CH) http://michaelronsky.wordpress.com/

18 ans révolus

Infos & réservations:
airshibari@gmail.com

http://michaelronsky.wordpress.com/

http://airshibarilausanne.wordpress.com/

Tarifs du workshop de l’après-midi (sur réservations uniquement, nombre de places limitées): 100CHF par couple/duo. Réservations à: airshibari@gmail.com

BIos des perfomers:

DOCVALE & TYKA:

-1 -2

Docvale est un rigger autodidacte français. Après deux ans à s’amuser avec quelques cordes, c’est lorsqu’il croise le chemin de sa modèle Tyka, fin 2011 qu’il s’adonne plus sérieusement à sa passion pour le bondage Japonais. Courant 2012, les premières apparitions publiques et en septembre 2012 il intègre l’encadrement pédagogique de L’école des cordes organisée par l’équipe des Goûters du divin Marquis au club Cris et Chuchotements à Paris. Tyka est la première modèle de Ropesession. Elle a découvert le monde des cordes en regardant un reportage sur le kinbaku avec Haruki Yukimura. De fil en aiguille, elle se découvre une attirance pour cette pratique; Et avec la rencontre de Docvale, affine ses recherches et se laisse bercer depuis dans ses cordes. Les plaisirs du lâcher prise et de la contrainte la font glisser au fur et à mesure des mois dans une passion, qu’elle veut aujourd’hui faire partager autour d’elle.

1388039_650172941680376_1077553776_n 1393397_649617628402574_595522501_n

PhilipAnn Debeaumond est un Cordeur Français vivant à Paris et voyageant beaucoup. Passionné par la culture Japonaise , son style est directement influencé par les valeurs traditionnelles de ce pays . Au fil du temps, son kinbaku est devenu plus minimaliste , précis , fluide , suivant le rythme de l’instant.
Chez lui, on le retrouve sur ses tatamis , cultivant ses bonzaïs , collectionnant les anciens kimonos, composant la musique pour ses performances, travaillant les cordes, restant à ma surprise , très timide et secret . Sur scène, il ouvre son univers avec simplicité et vérité ; Alors les mots ne sont plus necessaires , la premiere corde passe ; et nous assistons à un dialogue de non-dits .
A nous de percevoir toutes ces émotions parmi les milles interprétations possibles qui s’offrent à nous comme un tableau vivant. Bdsm , fétisch, bondage ? je ne pense pas . Nous voici plus proches d’un très beau Kinbaku-Kabuki mené dans les règles de l’Art. (Kimiko)

Capture d’écran 2013-09-13 à 12.37.37 539632_555737291142927_2026909372_n

Michael Ronsky: ” L’érotisme est l’approbation de la vie jusque dans la mort », on ne peut résumer mieux que Georges Bataille –surréaliste s’il en est- le monde de Ronsky, d’abord avec Happymaniacs puis en solo. Les strass et l’outrance visuelle mis de côté, Ronsky est entré en processus d’épuration pour ne garder que la sophistication dépouillée de la corde et du corps, tout en travaillant le son et le mouvement. Zones troubles où la vie s’exprime par des moyens inhabituels, souffle incertain contrôlé par le jeu savant des cordes et membres entrelacés. Et mis à nu par le rituel, le corps physique, sculpture vivante, lieu de toutes les fascinations, premier et seul bastion de l’esprit . » (Géraldine Viredaz, journaliste)

Publicités